Team Placard


Marie Alhinho est élève à l'ENS et étudie en parallèle la littérature de jeunesse à l'Université d'Artois. Ses recherches actuelles s'articulent autour des motifs de la littérature fantasy et de la réécriture du mythe dans la littérature young adult. Elle s'interroge sur les représentations des pratiques sacrificielles et du religieux en général, ainsi que sur les mutations qu'ils subissent pour s'adapter à des supports destinés aux plus jeunes. Également médiéviste invétérée, elle est éprise de fantasy médiévalisante et s'intéresse aux questions que cela pose dans la réception du Moyen Âge aujourd'hui. Fascinée par les univers gothiques et steampunk, elle est aussi séduite par les univers dystopiques et leurs discours radicalisés, tandis que son intérêt pour la visibilité MOGAI dans le champ littéraire pour la jeunesse croît en même temps que ses convictions féministes.   


Anne Fleur Multon est élève à la Sorbonne en master de littérature comparée, où elle travaille sur le motif de l’héroïne invincible et érotisée dans la littérature jeunesse des années 2000 et sur sa réception. Féministe et passionnée par l’univers de la radio, elle est aussi chroniqueuse et community manager à TrENSmissions, la webradio de l’Ecole normale supérieure. Elle aime les livres qui tiennent éveillés toute la nuit, les films documentaires d’Agnès Varda, les longues promenades dans Paris, et elle est incollable sur l’univers d’Harry Potter. Tombée dans la marmite du livre jeunesse toute petite avec les merveilleux albums de Claude Ponti et les grandes histoires de Pomme d’Api, ses lectures sont éclectiques et ses choix la portent autant vers les mondes parallèles de Pierre Bottero ou de Philip Pullman que vers la découverte des jardins secrets de Frances Burnett. Elle rêve de suivre Vango sur les toits de Paris, elle s’imagine chuchoter à l’oreille du roi-soleil avec Annie Pietri, elle ne rechigne jamais à partir à la recherche d’un dangereux malfaiteur avec PP Cul-vert ou Hermux Tantamocq, et elle adore retomber amoureuse d’Hannah à chaque lecture de La Rivière à l’envers. 

Sarah Asset est la benjamine du groupe, entamant cette année son M1 en Socio-Histoire de la Culture, à l'ENS et à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Ancienne Sciences Po ralliée au clan de la recherche, elle est passionnée par la façon dont les radicalisations se construisent autour des médias et des objets culturels, et c'est sur cela que portent ses recherches. A côté de ces sombres sujets, c'est une idéaliste rêveuse, qui aime à se perdre encore dans les univers imaginées et livresques de son enfance. Elle aime les phrases à rallonge, la cuisine et les héroïnes qui n'hésitent pas à être autant si ce n'est plus badass que leurs princes (ou princesses).

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Bravo pour votre initiative qui est tout à fait intéressante: serait-il possible d'avoir le programme complet de votre séminaire? Nous pourrions le diffuser auprès des chercheurs de l'Afreloce (association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l'enfance), association que vous pouvez aussi rejoindre si vous le souhaitez!
    Mathilde Lévêque

    RépondreSupprimer