Langage inclusif

Nous avons décidé d’utiliser l’orthographe inclusive dans nos articles et dans nos vidéos afin que nos recherches et ressources soient le moins excluantes et invisibilisantes possible. 

Cette orthographe n’étant pas validée par une institution de prescription de la langue en France, les normes que nous choisissons peuvent sembler arbitraires et se basent sur celles utilisées au Quebec, sur les projets de réforme de la langue dans l’objectif de la féminiser en 1984 en France ou sur des recherches expérimentales en linguistique du genre. 


Nous féminiserons : 
  • les noms de métier, les grades, les titres et les fonctions, en fonction des règles de grammaire classiques :
    • un lecteur, une lectrice 
    • un chercheur, une chercheuse
    • un auteur, une autrice OU un auteur, une auteure
  • les adjectifs : nous utiliserons la convention des tirets, qui peuvent être lus par les logiciels de lecture des personnes sourdes ou malentendantes (ex. : nous accueillons nos invité-e-s) 


Nous aurons recours : 
  • aux pronoms non-binaires par défaut pour les personnes qui ne se reconnaissent ni dans il, ni dans elle :
    • iel au singulier
    • iels au pluriel
  • aux pronoms préférés des personnes invité-e-s 
  • aux qualificatifs préférés des personnes concernées par une oppression systémique pour se désigner (ainsi qu’à leur orthographe favorite pour écrire ces qualificatifs) 


Dans la mesure où nous ne sommes pas concernées par toutes les oppressions dont nous parlerons, il est fort probable que, malgré toute notre bonne volonté, nous fassions des erreurs dans le choix de nos mots. Nous demeurons à votre disposition pour toute remarque constructive à ce sujet.


Aucun commentaire