Rencontres - 2 Novembre 2016

affiche réalisée à partir de la planche de Diglee citée ci-dessous

Mercredi 2 Novembre, nous recevons encore trois intervenant-e-s pour la Table ronde « Corps et canons esthétiques. Expressions de la féminité et de la masculinité ». Chercheurs-euses en formation et/ou professionnel-le-s du livre, ces expert-e-s nous parleront de leur rapport aux stéréotypes liés aux genres dans les représentations qui en sont faites : littérature de jeunesse, illustration, bande dessinée, quel est le poids des diktats sociaux dans les choix éditoriaux et à quel point les auteur-e-s y sont soumis ? En quoi sont-ielles, enfin, les clés de voûte dans la construction des schémas enracinés dans la tête des jeunes et des moins jeunes ? 


Portraits 

Maureen Wingrove, aka Diglee

Plus connue sous son pseudonyme d'illustratrice et pour ses nombreuses planches publiées sur Internet, Diglee en a accompagné un certain nombre d'entre nous sur le chemin du féminisme et de la self-acceptation. Luttant tour à tour contre le harcèlement de rue, le sexisme ordinaire et le problème du modèle unique, elle croque des scènes de sa vie quotidienne sur son blog, ouvert en 2007. 

Elle tient son blog depuis ses premières années d'études. Lyonnaise, elle est formée à l'école d'art Emile Cohl et obtient son diplôme en 2009, et Internet lui sert de défouloir, mais aussi de book. Aujourd'hui, elle travaille dans les secteurs de la presse, la pub, la littérature de jeunesse et la bande dessinée, grâce à son style polymorphe. 

Après les Jeffrey Campbell à paillettes, elle oscille aujourd'hui entre ses dessins chick-lit canoniques et des tracés plus engagés, représentant avec réalisme des corps de femmes dans toutes leurs formes et tous leurs détails. Ses premières sorties, Autobiographie d'une fille Gaga et Confessions d'une glitter addict (2011 et 2012 chez Marabout), sont suivies d'une galerie de portraits de femmes indépendantes, Mes Égéries (2014), reprenant ces icônes du féminisme sur des cartes postales d'une grande finesse.

Son article coup de poing sur le problème du modèle unique.




Pour Tom Lévêque, la lecture et l'écriture font partie de lui depuis qu'on les lui a appris : il a baigné dans cet univers d'abord grâce aux albums, puis aux romans, et enfin il s'y est complètement immergé en commençant à assister aux salons du livre, notamment le SLPJ de Montreuil qui aura lieu cette année du 30 novembre au 5 décembre. 

Il commence son blog en 2010 : plus qu'un cahier de lectures, c'est un blog qui mûrit avec son auteur et devient un florilège de ses meilleures lectures, mais aussi une réflexion permanente sur la littérature de jeunesse. Genres et sexualités y tiennent aujourd'hui une place prépondérante, faisant la part belle aux personnes traditionnellement invisibilisées et auxquelles les productions contemporaines donnent peu à peu une nouvelle visibilité. 

Grâce à son blog, Tom se rapproche de plus en plus des métiers du livres et pense à en faire son métier. Il s'engage dans un IUT spécialisé à Bordeaux et enchaîne les stages en librairie et en édition. Aujourd'hui, il a choisi sa voie et poursuit sa formation grâce à la Licence Pro édition de Paris Descartes et travaille en alternance chez Talents Hauts !

Dernier coup de cœur : Sexe sans complexe, de Bérangère Portalier et Frédéric Rébéna (ill.)



Anne-Fleur Multon

Anne Fleur est élève à la Sorbonne en Master de littérature comparée, où elle travaille sur le motif de l’héroïne invincible et érotisée dans la littérature jeunesse des années 2000 et sur sa réception. Féministe et passionnée par l’univers de la radio, elle est aussi chroniqueuse et community manager à TrENSmissions, la webradio de l’Ecole normale supérieure. 

Elle aime les livres qui tiennent éveillés toute la nuit, les films documentaires d’Agnès Varda, les longues promenades dans Paris, et elle est incollable sur l’univers d’Harry Potter. Tombée dans la marmite du livre jeunesse toute petite avec les merveilleux albums de Claude Ponti et les grandes histoires de Pomme d’Api, ses lectures sont éclectiques et ses choix la portent autant vers les mondes parallèles de Pierre Bottero ou de Philip Pullman que vers la découverte des jardins secrets de Frances Burnett. 

Elle rêve de suivre Vango sur les toits de Paris, elle s’imagine chuchoter à l’oreille du roi-soleil avec Annie Pietri, elle ne rechigne jamais à partir à la recherche d’un dangereux malfaiteur avec PP Cul-vert ou Hermux Tantamocq, et elle adore retomber amoureuse d’Hannah à chaque lecture de La Rivière à l’envers

Dernier coup de cœur : Jane, le renard et moi, de Fanny Britt et Isabelle Arsenault (ill.) 



Aucun commentaire